Notre temps fort «Vies indiennes» s'articule autour de l'exposition de photographies d'Edward S. Curtis qui se tient à la médiathèque Castagnéra du 11 janvier au 24 février 2018.

Edward Sheriff Curtis (1868-1952) fut un observateur passionné des cultures indiennes d'Amérique du Nord et l'un des premiers photojournalistes, doublé d'un véritable anthropologue. Prises de 1900 à 1927, en collaboration avec une équipe de chercheurs, ses photographies étaient destinées à conserver une trace de la vie traditionnelle des Amérindiens, dont on imaginait alors qu'elle était promise à une rapide disparition.

À travers son objectif, Curtis a saisi les visages, les rites, les scènes de la vie quotidienne mais aussi le cadre de vie et l'habitat de quelque 80 tribus. Au terme de son projet, il avait pris près de 40 000 clichés dont il publia une partie dans les vingt volumes de sa série «L'Indien d'Amérique du Nord»

Si son travail monumental a largement contribué à l'élaboration de l'image que l'on se fait des Amérindiens, d'autres photographes ont aussi laissé une trace. Ainsi, Frank Rinehart (1861–1928) est connu pour ses portraits de  chefs au Congrès Indien de 1898. Quant à Julia Tuell (1886-1960), elle eut l’opportunité de photographier des scènes généralement interdites aux Blancs.

Plus récemment, les photos de Michelle Vignes et de Maurice Rebeix témoignent des conditions de vie actuelle des Amérindiens et montrent un peuple qui a su maintenir vivantes sa culture et ses traditions.

Partager "Vies indiennes en photographie" sur facebookPartager "Vies indiennes en photographie" sur twitterLien permanent

 

 

Partager "Vies indiennes en photographie" sur facebookPartager "Vies indiennes en photographie" sur twitterLien permanent