Critique

 

La guerre de Catherine (Julia Billet)

note: 5Une belle adaptation d'un roman historique en BD Isabelle - 22 novembre 2017

En 1941, Rachel Cohen devient Catherine Colin obligée de se cacher et de changer d'identité pour survivre. Elle séjourne, au début du récit, à la Maison de Sèvres où elle va découvrir la photographie. Son appareil en bandoulière, elle traversera la guerre.
Le livre de Julia Billet, inspiré de l'histoire de sa mère, nous raconte la Seconde guerre mondiale à hauteur d'enfant. Catherine doit sans cesse pour sa sécurité, aller d'un lieu à un autre. Alors, de l'école progressiste de Sèvres au couvent de Riom à une ferme modeste jusqu'à l'orphelinat dans les Basses Pyrénées, Catherine, passionnée de photographie, multiplie les clichés. Elle rend ainsi hommage à tous ceux qu'elle croise et cette galerie de portraits nous raconte la France de l'Occupation. Catherine/Rachel est un personnage que l'on adopte pour toujours, on admire son courage, on tremble avec elle et l'on aimerait devenir son amie. On assiste à son ascension d'artiste, elle a une sensibilité dont elle prend conscience en douceur et cette passion va très vite devenir irrépressible.
La collaboration pour cette BD est magistrale, le scénario est servi par une illustration riche, poétique et dynamique.