S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Chantal

 

Poldark n° Saison 1
Episodes 1 à 8 (Debbie Horsfield)

note: 5Aventures romanesques dans les Cornouailles du 18e siècle Chantal - 6 juin 2018

Poldark est une série britannique adaptée de la saga littéraire de Winston Graham.
L’histoire nous raconte le retour en Cornouailles du soldat Ross Poldark après la guerre d’indépendance aux Etats-Unis, fin du XVIIIéme siècle. Hélas, toute sa vie n’est plus que ruine : la mine de cuivre et le domaine dont il est propriétaire, sa fiancée mariée à un autre…tout est à reconstruire.
L’intérêt de cette saga réside dans la peinture de l’aristocratie anglaise et la classe ouvrière de cette époque. Les amateurs de drame historique seront conquis.
Une série romanesque, dont le héros, incarné par l’irlandais Aidan Turner, séducteur au charme ravageur, est profondément humaniste.
Cette première saison est une réussite avec ses paysages somptueux, une intrigue captivante et des personnages attachants interprétés par des acteurs de talents.
Vivement la suite.

Live in Reykjavik (Lhasa)

note: 5De l'émotion à chaque instant Chantal - 23 mai 2018

Lhasa est une artiste americano -mexicaine décédée à 37 ans des suites d'une longue maladie. De son vivant, elle a sorti 3 disques « La LLorona », « The living road », et « Lhasa » en 2009 : chanson jazz folk et world.
Huit ans après son brutal décès, cet album nous livre son tout dernier concert. Accompagnée par Joe Grass à la guitare, Miles Perkin à la contrebasse et Andrew Barr à la batterie et Sarah Pagé à la harpe. C’est un mélange de ces trois albums plus une interprétation magistrale de « A change is gonna come » de Sam Cooke .
On est bouleversé par sa densité émotionnelle et son magnétisme. Elle insuffle à la fois délicatesse et force. Sa voix est un trésor, aussi désespérée qu’envoûtante En écoutant cet album on ne peut qu’avoir la gorge serrée.

The Lost city of Z (James Gray)

note: 5En quête d'un nouvel eldorado Chantal - 7 mars 2018

C'est l'histoire de Percival Harrisson Fawcett, colonel de l'armée britannique qui doit établir une carte des frontières entre le Brésil et la Bolivie. En 1906, lors de sa première expédition, il entendra parler d'une cité perdue très ancienne et n'aura de cesse de la trouver. Malgré son amour pour sa famille, il conduira plusieurs expéditions en Amazonie, dont la dernière avec son fils. Ils disparaîtront mystérieusement mais le doute subsiste.
Cette histoire vraie d'un des plus grands explorateurs du XXème siècle, nous fait découvrir des images splendides et terrifiantes de l' Amazonie. L'acteur principal, Charlie Hunnam, rend son personnage attachant à la fois par sa naïveté et par son arrogance en éternelle quête de reconnaissance. James Gray nous montre le parcours d’un homme au fil de ses rêves, de ses échecs et des préjugés de son temps. Un film d’aventure pour la forme et une quête intérieure pour le fond. Une odyssée où les rêves enfantins confrontés à la réalité dérivent vers la folie.
Une épopée aux images magnifiques.

Oeuvre non trouvée

note: 4Voyage en Ecosse Chantal - 16 février 2018

Cette série américano-britannique de Ronald D. Moore est une fresque historiquement rigoureuse de la vie dans les Highlands du 18ème siècle.
Après la seconde Guerre Mondiale, Claire, infirmière et son mari profitent d’une seconde lune de miel en Écosse. Professeur d’histoire, il se passionne pour ses ancêtres tandis que Claire découvre la botanique. Au cours d’une balade, elle se retrouve en 1743 en plein conflit entre anglais et écossais. Recueillie par des écossais, elle essaiera de se faire une place dans cette nouvelle vie pendant que son mari la recherche. Elle se retrouve partagée entre deux mondes et deux hommes que tout oppose.
Cette fidèle adaptation des livres de Diana Gabaldon nous invite à un voyage à travers le temps et les magnifiques paysages écossais. La musique est particulièrement choisie et les reconstitutions de cette époque sonnent justes et vraies (avec même du gaélique non sous-titré par moment).
La dimension historique saupoudrée d’un peu de fantastique m’a convaincue .

Bakhita (Véronique Olmi)

note: 5Leçon de vie Chantal - 5 janvier 2018

Bakhita retrace la vie d'une esclave canonisée par Jean-Paul II. Enlevée à 7 ans dans son village du Darfour par des négriers musulmans, elle subira maintes souffrances.
Tour à tour esclave, captive, domestique, puis affranchie après un énorme procès, elle passera le restant de sa vie à se dévouer auprès des enfants les plus démunis.

Le roman de Véronique Olmi, finaliste du prix Goncourt 2017, est tiré de la véritable vie de Bakhita . A travers son livre, elle nous renvoie au combat de toutes les femmes. Son écriture est percutante, avec des phrases courtes, puissantes pour inscrire dans notre mémoire le prénom d'une enfant.

Les larmes noires sur la terre (Sandrine Collette)

note: 5Noir c'est noir Chantal - 15 novembre 2017

Impatiente et par amour, elle quitte son île natale pour la métropole . Erreur de jugement ! Moe a 20 ans, un nourisson et est amenée de force dans un centre d'accueil pour déshérités, « la casse ». Ce qui l'attend est au-delà de l'imaginable. Au côté de cinq femmes douloureusement éprouvées, elle doit se battre contre le néant pour son fils.
C'est noir, c'est dur, mais ces laissées-pour-compte sont admirables dans cet enfer.
Le récit se situe dans un avenir tellement proche qu'il en devient très réaliste.
Ce roman est d'une profonde noirceur, bouleversant, dramatique. Il nous perturbe, nous tord les tripes, difficile d'en sortir indemne.

Lion (Garth Davis)

note: 5Une histoire vraie impensable Chantal - 15 novembre 2017

L'aventure qu'a connu le jeune Saroo est renversante. Agé de seulement 5 ans, ce petit indien va prendre un train qui lui fera traverser ce grand pays qu'est l'Inde. Avec juste son prénom, il se retrouve dans Calcutta où, après bien des errances, il sera adopté par une famille australienne. Malgré l'amour de ses parents adoptifs, il n'aura de cesse de rechercher son village et sa famille.
Difficile de rester insensible à cette histoire effarante et pourtant réelle. Cette quête d'identité est bouleversante et touchante. Les jeunes acteurs sont criants de vérité et on en oublie que c'est un film. On verse une larme ou plutôt deux. Garth Davis nous offre un film d'une grande humanité.

Retour Haut